3 - L'artificier

           L’artificier est un véritable magicien des lumières, il élabore feux d’artifice et jeux de fumées pour le divertissement, le cinéma et les spectacles. Son savoir-faire requiert des règles précises et une mise en œuvre très stricte. C’est un métier dangereux et exigeant mais passionnant.

Le métier d’artificier est ancien. C’est avec la découverte de la poudre qu’il apparaît pour la première fois en Chine au VIIème siècle. Dès son origine, l’artificier est considéré comme un artiste, celui qui maîtrise l’art de faire des explosions de bruits et de lumière.

L’artificier est à la fois un technicien et un artiste. Il est technicien car il manipule et met en œuvre des produits réputés sensibles, contenant de la poudre noire et des inflammateurs. Il est artiste car il imagine, dessine et crée un spectacle à partir de différents effets pyrotechniques. A chaque fois, il a pour objectif de séduire le public en suscitant l’émotion au travers de tableaux colorés et, de plus en plus souvent, musicaux.

Il est important de souligner que ce métier présente des aspects dangereux et exige beaucoup de savoir-faire. Devenir maître artificier ne s’improvise pas.

 

Un métier, une passion, être artificier

Jean-Baptiste DUCOS. Entreprise LES MAGICIENS DU FEU.

21, Avenue de la Marne  95310 Saint-Ouen L’Aumône 

 

 

 

 

Afin de comprendre au mieux et de compléter nos recherches sur l’art pyrotechnique que sont les feux d’artifice, et plus particulièrement en ce qui concerne l’encadrement de cette technique, nous avons interviewé un artificier.

Nos questions ont essentiellement concerné la progression de son métier, sa formation,  sa vision, ses activités au quotidien, ses valeurs, ses motivations, les qualités requises pour exercer ce métier, les particularités, la concurrence, et les caractéristiques de son métier hors du commun.

Voici ce qu’il nous a répondu, le Mercredi 20 Octobre 2010 :

« Les Magiciens du Feu » est une petite entreprise familiale, mon père l’a crée il y a 20 ans. Il est vrai que le monde de la pyrotechnie est un domaine particulier, il est pour moi un véritable challenge au quotidien car chaque feu d’artifice est différent. L’artificier vend de l’éphémère mais le travail à fournir, par exemple pour un feu d’artifice de 15 minutes, est de plus de 200 heures. Je pense que pour être un bon artificier, il faut avoir la tête sur les épaules, il faut pouvoir s’adapter à toutes les situations, être autonome et bien sûr respecter les conditions de sécurité. En effet, c’est un métier dangereux mais pour moi une vraie passion.

La législation de la pratique des feux d’artifice  diffère selon le département mais cette pratique est très réglementée. (Voir Législation). Il est important de bien conseiller ses clients, en fonction de son budget, ses demandes, et des conditions de sécurité. Il s’agit de satisfaire le client et de le fidéliser. Pour l’allumage du feu d’artifice, il faut impérativement réaliser la mise en place la journée même, pour des raisons d’organisation, une équipe de 5 à 15 personnes se déplace. Un responsable de tir est désigné à l’avance.

Pour des personnes jeunes, organisant une fête, ayant un budget de 100 Euros, je conseille un feu d’artifice automatique, c’est un produit, qui s’allume par une seule mèche et qui déroule un spectacle de plusieurs minutes. J’ai moi-même été formé en suivant une formation « K4 » d’une semaine. (Voir Réglementation). Je suis très consciencieux et je dois avouer que l’un des rares feux d’artifices ratés que j’ai réalisé était du à un mauvais fonctionnement de la batterie du feu d’artifice, la bombe a explosé dans le mortier. Mon plus beau feu d’artifice a été réalisé  lors du festival du feu d’artifice le 11 Septembre 2010 à l'Hippodrome d’Enghien-Soisy. Mais il faut savoir que lors d’une compétition, une équipe réalisant un feu d’artifice de plus de 12 minutes est immédiatement disqualifiée du concours.

Le coût moyen d’un feu d’artifice varie entre 500 et 1000 Euros. Pour un feu d’artifice de 10 à 15 minutes, il faut disposer de 3000 Euros. Pour le 14 juillet, le budget moyen d’une ville ou d’une commune est de 6000 Euros. J’ai tendance à dire que la durée n’est pas un facteur de qualité dans le feu d’artifice. Actuellement, on peut dire qu’une minute de féerie vaut 1000 Euros.

Les principales marques de feux d’artifices pour les particuliers sont ARDI, WECO, PYRAGRIC (qui fabriquent les pétards «  Le Tigre »). Les marques pour les professionnels (fabriquant et réalisant les feux d’artifice) sont BRESAC ARTIFICIERS, A.T.P.M., WECO et ARDI proposent également des produits destinés aux professionnels de la pyrotechnie. Mon entreprise ne pratique pas de compétions mais nous participons à plusieurs festivals. La plus grande concurrence que nous avons sur le marché est sur Internet : nos principaux concurrents sont FC ARTIFICE, FRANCE ARTIFICE.COM et JACQUES PREVOTS, qui destinent leurs produits au grand public. La concurrence nationale est toujours présente.

J’aime mon métier car cela procure le plaisir des yeux des spectateurs, c’est toujours un moment de convivialité et de fête. Je ne qualifierai pas mon métier de stressant, le seul stress que j’éprouve est avant le tir du feu d’artifice.

Les femmes sont assez peu présentes dans le milieu des artificiers : en moyenne, les artificières ne représentent que 10% des artificiers. »

Cette interview a réellement complété nos connaissances sur ce métier. La technique a été éclaircie et nous comprenons mieux les bases de cet art pyrotechnique : il nous a montré son matériel, expliqué le déroulement d'une installation, et nous a permis d'approfondir nos connaissances sur l'encadrement de cette technique.

 

Suite =>

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×